Véronique, bénévole terrain depuis janvier 2017

Je n’en pouvais plus de lire, entendre la maltraitance animale. Etre végétarienne ne me suffisait plus, il fallait que j’agisse concrètement. En cherchant un peu sur le net, j’ai découvert le Rêve d’Aby. Vincent, le responsable, m’a fait découvrir les lieux, « Je le fais ! », me suis-je dit !


En janvier 2017, je rejoignais l’équipe pour de bon. Une semaine ou deux plus tard, Valérian, mon plus jeune fils me rejoignait sur le terrain ! On parle beaucoup du Rêve d’Aby, à la maison. La sensibilisation continue au-delà de ses murs !


Le Rêve d’Aby, c’est un petit miracle, qui grandit, qui me grandit. J’y découvre le don de soi, la reconnaissance, le plaisir de transpirer pour ces merveilleux protégés au passé sombre. J’ai appris à placer un licol, à mener les chevaux, à nettoyer les boxes. J’ai découvert la douceur des vaches, si apaisantes ; la joie de vivre des cochons… Il n’y a pas deux jours les mêmes ! Et j’y apprends encore et toujours
 

Travailler au Rêve d’Aby, c’est s’oublier un petit peu pour mieux se retrouver après, heureuse d’avoir contribué à un monde plus juste, où l’animal reprend ses droits. Où je me reconnecte… Déconnecte… !

 

Et ça me rend tellement heureuse !